Accueil > Archéologie, mode d'emploi > L'archéologie préventive > Le diagnostic

Archéologie, mode d'emploi

Le diagnostic

Sondage de diagnostic dans la cour de l’ancien collège Anatole Bailly en 2015 (crédits : Pôle d’archéologie, 2015)

En préalable à un aménagement susceptible  d’impacter le sous-sol, le diagnostic consiste à détecter, caractériser, circonscrire et dater les éventuels vestiges archéologiques. Il est prescrit par l’État par le biais du Service Régional de l’Archéologie de la Direction régionale des affaires culturelles de la région Centre-Val-de-Loire, lors de l’instruction du permis de construire. Cette prescription n’est pas systématique. Elle dépend du potentiel archéologique du secteur qui va être aménagé : il peut s'agir une zone sensible, si des sites archéologiques sont répertoriés dans l’environnement immédiat, ou à l’inverse une zone très peu renseignée, car n’ayant pas fait l’objet auparavant d’investigations archéologiques.

Lors du diagnostic, on procède généralement au creusement de sondages de taille limitée à l’aide d’une pelle mécanique. Dans le cadre spécifique du milieu urbain, peu accessible, le Pôle d’archéologie utilise aussi d’autres méthodes de diagnostic : sondages directement depuis les sous-sols de type caves pour atteindre les niveaux les plus anciens et carottages géotechniques. Le diagnostic concerne aussi le suivi des travaux de voirie (réseaux et requalifications).

À l’issue du diagnostic, le responsable de l’opération rédige un rapport qui rend compte des découvertes et de leur nature. Si le diagnostic n’a pas permis la mise au jour de vestiges, l’État peut autoriser l’aménageur à effectuer ses travaux. Si le diagnostic a révélé la présence de vestiges archéologiques, l'État peut décider de la réalisation d'une fouille archéologique ou de la modification du projet d'aménagement, en fonction de l’intérêt scientifique des vestiges et/ou de leur état de conservation.

Carottages géotechniques sous surveillance archéologique dans la cour de l’ancien collège Anatole Bailly en 2015 (crédits : Pôle d’archéologie, 2015) Sondages dans les caves de l’ancien collège Anatole Bailly, lors du diagnostic archéologique en 2015 (crédits : Pôle d’archéologie, 2015) Suivi archéologique des travaux de requalification de la rue Saint-Euverte en 2015, sondage pour la plantation d’arbres (crédits : Pôle d’archéologie, 2015) Suivi archéologique des travaux de requalification de la place du Martroi en 2013, sondage à l’emplacement de la machinerie de la fontaine (crédits : Pôle d’archéologie, 2013)

Aucun commentaire


Espace personnel