Accueil > Recherche scientifique > Programmes de recherche > SICAVOR > Publications

Recherche scientifique

Publications

Retrouvez ici toutes les publications en lien avec le programme de recherche SICAVOR.

L'habitat d'Orléans du XIIe siècle au début du XVe siècle, état de la recherche : étude des élévations et apports de l'observation des caves

Une partie de l'habitat médiéval de la ville d'Orléans a pu être redécouverte grâce aux analyses de bâti menées depuis les années 2000 dans le cadre de travaux universitaires, qui sont croisées à la relecture des sources iconographiques et aux résultats des fouilles réalisées depuis la fin des années 1970. Cet article présente tout d'abord les éléments qui caractérisent les élévations de ces bâtiments (modes de construction, structures et décors des ouvertures, charpentes, etc.). Mais, ce sont les espaces situés en sous-sol qui constituent souvent les témoins les plus tangibles de ces maisons, lorsque les élévations en surface ont été reconstruites ou profondément remaniées à une époque ultérieure. Une analyse systématique des caves situées de part et d'autre d'une rue témoin a révélé un nombre important de caves bâties aux XIIIe et XIVe siècles. Les comparaisons avec d'autres caves situées dans la ville indiquent que le potentiel est important. Certaines cavités, situées en second niveau de sous-sol, sont d'anciennes petites carrières d'extraction de pierres locales, rapidement consolidées pour servir de caves. À une profondeur moins importante, certaines caves ou " salles basses excavées " correspondent à des celliers desservis par des escaliers accessibles grâce à une trappe ouverte derrière la porte d'entrée de la maison. Ces salles présentent plusieurs modes de couvrement (berceaux, voûtes d'arêtes, et quelques plafonds), mais les voûtes d'ogives forment le groupe le plus important. L'étude des caves apporte un nouveau regard sur l'évolution de la ville d'Orléans. Elle indique que la trame parcellaire actuelle était déjà en grande partie fixée vers le XIIIe siècle dans bien des quartiers. Elle permet également de restituer un paysage urbain irrégulier, où des maisons étroites sur parcellaire laniéré côtoient quelques grands logis barlongs en front ou en retrait de la voie publique. L'étude des caves et salles basses excavées nous renseigne également sur les habitants de ces maisons. Derrière le soin apporté à la salle (parements, décors sculptés, enduits parfois peints, etc.), il est possible de souligner le recours à des procédés constructifs avantageux et à une parfaite rationalisation de l'emploi des matériaux.

Article téléchargeable sur HAL


Espace personnel