Accueil > Actualités > Dernières actualités > L'objet du mois : un peigne en os de l'Antiquité tardive

Actualités

L'objet du mois : un peigne en os de l'Antiquité tardive

Peigne en os découvert dans une sépulture, 3 rue des Fauchets à Orléans (crédits : Pôle d'archéologie, 2016)

Lors de la fouille d'une sépulture en 2016 au n°3 rue des Fauchets à Orléans, un petit peigne en os a été découvert.

Très abîmé, il se présente sous la forme de deux rangées de dents, renforcées en leur centre par une traverse axiale fixée à l'aide de rivets en fer. Aucun décor n'est visible en raison de son état de conservation.

Son matériau de fabrication et sa forme permettent de le dater de la fin de l'Antiquité. En effet, jusqu'à cette date, les peignes sont plutôt fabriqué en buis, comme le montrent des exemples découverts dans plusieurs sépultures gauloises et antiques en Gaule. Ce n'est qu'à partir de l'Antiquité tardive, aux alentours du IVe siècle, que des exemplaires en os commencent à apparaître. Dans le même temps, les pratiques funéraires évoluent à cette période. En effet, si pendant tout le début de l'Antiquité, il est fréquent de déposer avec le défunt, des vases, de la nourriture et des objets personnels, cette pratique devient plus rare par la suite. Le mobilier d'accompagnement tend, en effet, à se restreindre aux seuls éléments de parure (perles, épingles...) et de vêtement (fibules).

C'est le cas ici, pour la sépulture du n° 3 rue des Fauchets, où le défunt semble avoir été déposé dans un cercueil, avec pour tout accompagnement, ce petit peigne en os. Une datation radiocarbone effectuée sur le squelette confirme la datation de la sépulture pour l'Antiquité tardive.

Aucun commentaire


Espace personnel