Accueil > Patrimoine > Musée virtuel > Chaussure à la poulaine

Patrimoine

Affichage détaillé (Musée virtuel)


Chaussure à la poulaine

Orléans

Place du Martroi45000Orléans

Chronologie

Dimensions : L. max. 300 mm
Datation contexte de découverte :
Comblement du fossé défensif, fin du XVe siècle

Informations administratives

: 45 234 223

Site archéologique

Place du Martroi et rues adjacentes
Fragments de chaussures provenant d'un atelier de cordonnier, XVe siècle (crédits Pôle d'Archéologie 2013)Fragments de chaussures provenant d'un atelier de cordonnier, XVe siècle (crédits Pôle d'Archéologie 2013)

Ces fragments de chaussure en cuir ont été retrouvés dans le comblement du fossé du boulevard médiéval de la Porte Bannier, actuelle place du Martroi. Ils sont datés du XVe siècle.

Une découverte exceptionnelle

Généralement, les matériaux organiques comme le cuir ne se conservent pas, sauf conditions exceptionnelles (présence d'eau, de matière organique en grande quantité par exemple). Ces fragments sont donc assez exceptionnels à Orléans. Autour de la Porte Bannier, plusieurs centaines de fragments de cuir ont été découverts lors des fouilles archéologiques dans les fossés de l'enceinte médiévale. Ils témoignent de la présence de plusieurs artisans à proximité au XVe siècle qui travaillaient cette matière. Divers objets ont pu être fabriqués : sacs, coffrets, éléments de harnachement du cheval ou, comme ici, chaussures.

Une chaussure à la poulaine

Les fragments de semelle de chaussure découverts témoignent de la présence d'un cordonnier à proximité de la porte. Celui-ci semble avoir réparé des chaussures à partir de vieux exemplaires retaillés. Ces fragments correspondent à des chaussures à la poulaine, c'est à dire une chaussure dont l'avant est développé en forme de pointe.

Grâce aux archives, on connaît le nom d'un cordonnier qui officiait à proximité de la porte au XVe siècle. Il s'agit de Guillaume Le Frans qui occupait une maison rue de la Vieille Poterie, derrière l'entrée de la porte. Comme d'autres artisans du secteur, il a certainement profité de la présence du fossé pour rejeter ses déchets encombrants. Ce fossé très bien entretenu jusque dans les années 1470 a été ensuite petit à petit rempli avec les déchets des habitants alentours. Ceci permet aujourd'hui aux archéologues d'avoir des traces de la vie quotidienne des habitants du Moyen Âge à Orléans.


En savoir plus sur le vêtement au XVe siècle.


Espace personnel