Accueil > Le Pôle d'Archéologie > L'archéologie à Orléans > Le temps de l'archéologie préventive

Le Pôle d'Archéologie

Le temps de l'archéologie préventive

Fouille archéologique en préalable à la construction du parking du Cheval-Rouge (crédits : Pôle d'archéologie 2012)

Vers une archéologie anticipée

Dès 1998, l’Afan puis l’Inrap ont réalisé plusieurs opérations d’envergure. Il s’agit principalement pour le front de Loire des fouilles menées depuis le quartier de la Charpenterie jusqu’aux Halles-Châtelet (quartier d’habitation gaulois et gallo-romain, quartier aristocratique du haut Moyen-Âge, habitat et artisanat médiéval jusqu’à la période contemporaine), en limite occidentale de la commune, de la fouille du Prieuré de la Madeleine (hôpital de la fin du haut Moyen Âge puis prieuré fontevriste), et enfin à l’est, des fouilles de Saint-Euverte (quartier d’habitation gallo-romain et nécropole haut Moyen-Âge).

Des opérations plus réduites sont également menées dans les quartiers ouest rue Porte Madeleine, rue Porte Saint-Jean et rue de la Grille qui mettent au jour les premiers indices d’une nécropole gauloise à laquelle se substitue un quartier d’habitation et artisanal gallo-romain.

Depuis 2007, les opérations d’archéologie préventive sur le territoire de la commune d’Orléans étaient menées par l’Inrap. Une seule opération a été réalisée en 2009 par le service archéologique départemental du Loiret (Sedal) sur un aménagement du Conseil Général. Sur le front de Loire, les opérations se sont poursuivies rue des Halles et plus récemment sur la ZAC Bourgogne (occupation continue depuis la période gauloise jusqu’au Moyen-Âge, quartier de l’université médiévale) ou encore la Motte-Sanguin (dernière enceinte urbaine XVe - XVIe siècle).

Les sondages et fouilles réalisés en amont de la construction de la ligne de Tramway est-ouest ont permis de retrouver : une limite du prieuré de la Madeleine, la porte Renard de la deuxième fortification urbaine du XIVe siècle, une voie romaine et des constructions à l’entrée de la rue Jeanne d’Arc, une portion du rempart gallo-romain du IVe siècle et la porte Parisie, plusieurs édifices religieux du haut Moyen-Âge (Saint-Sulpice, un bâtiment du quartier canonial ainsi qu’une chapelle ou église inconnue à proximité de Saint-Michel).

 Atlas interactif des opérations archéologiques de l'Inrap

Le renforcement du Pôle d'archéologie

Les campagnes de ravalement de façade menées depuis 2006, ont fait l'objet d'un suivi scientifique par le SAMO. On recense à ce jour une soixantaine d'études de bâti.

En 2011, le SAMO est fortement renforcé dans ses effectifs. Quatre archéologues sont recrutés et le service obtient l'agrément en archéologie préventive pour les périodes protohistorique, antique, médiévale, moderne et contemporaine. Dès lors, le nombre de diagnostics effectués par le service augmente. Certains donnent lieu à des fouilles préventives : par exemple, la place du Cheval-Rouge, en préalable à la construction d'un parking souterrain ou le 80 quai du Châtelet, fouille réalisée pour la construction d'un hôtel. Le service assure aussi le suivi des travaux de requalification de voiries et de réseaux, comme pour la place du Martroi.

Cartographie interactive des fouilles archéologiques

Aucun commentaire

Pour en savoir plus

Le Pôle d'archéologie


Espace personnel