Accueil > Le Pôle d'Archéologie > L'archéologie à Orléans > Constat et avenir de l'archéologie orléanaise

Le Pôle d'Archéologie

Constat et avenir de l'archéologie orléanaise

Bacs de tanneurs de la fin de l'époque moderne découverts lors d'un diagnostic archéologique au n° 4 quai du Châtelet (crédits : Pôle d'archéologie, 2015)

L’historique des interventions archéologiques réalisées sur Orléans permet de dresser certains constats. En premier lieu, les périodes historiques ont toutes été appréhendées mais à des degrés divers. Ainsi, les périodes gauloise et gallo-romaine rarement atteintes par les aménagements, lorsqu’elles sont soupçonnées et menacées, font généralement l’objet d’une attention toute particulière. Toutefois, en raison de leur position stratigraphique, les surfaces observées sont généralement réduites et morcelées. Aussi, les synthèses qui mettent en relation ces découvertes les unes avec les autres sont probablement excessives et conduisent à des erreurs d’appréciation.

A contrario, les vestiges des périodes médiévales et modernes mis au jour régulièrement lors des travaux font généralement l’objet d’observations expéditives sauf dans le cas particulier d’une préservation optimale ou d’une histoire remarquable (rempart, église, cimetière, …). C’est, pour cette chronologie particulière, la perception de détail qui manque à la réflexion. En-dehors de ces deux soucis d’échelle d’analyse, le parent pauvre apparaît bien aujourd’hui être le premier haut Moyen-Âge et plus particulièrement le bâti civil passé jusqu’alors plutôt inaperçu. La deuxième moitié du premier Moyen-Âge est principalement connue par les édifices religieux et les zones de rejets et d’ensilage situées à l’extérieur de la ville (opérations place Isaac Jogues et place De Gaulle). Il reste là aussi à en découvrir "l’habitat populaire".

La période contemporaine est également souvent délaissée, faisant partie des niveaux "sacrifiés" en raison de leur jeunesse et de la possibilité de les décrypter au travers des archives. C’est placer une grande confiance dans des documents qui, lorsqu’ils existent, restent le plus généralement à un niveau de détail largement dépassé par les résultats de la fouille (lorsque les moyens sont donnés).

Aucun commentaire

Pour en savoir plus

Quelques pages sur l'archéologie moderne et contemporaine à Orléans

Les faïences du XVIIe siècle à Orléans

Le raffinage du sucre

Le travail du cuir

Vivre pendant l'Entre-Deux-Guerre à Orléans


Espace personnel